Ce qu’il faut-il savoir sur la violence contre les homosexuels

L’homosexualité désigne une forme de monosexualité caractérisée par une attirance sexuelle ou par des sentiments amoureux envers une personne du même sexe ou genre. L’homosexualité fait partie de la sexualité humaine et se retrouve dans tous les groupes ethniques. On observe également des comportements homosexuels entre femelles ou entre mâles dans le règne animal. L’homosexualité est une orientation sexuelle ainsi qu’une identité sexuelle, distincte de l’identité de genre. 

Orientations sexuelles

Dans l’Occident moderne s’est établie une nomenclature d’usage pour définir les orientations sexuelles :

– le terme « gay » est souvent utilisé pour définir les individus ayant un comportement à prédominance homosexuel principalement masculins ; 

– le terme « lesbienne » est exclusivement utilisé pour désigner des femmes homosexuelles.

– les sigles LGTBIQ+ sont utililisés pour élargir inclusivement le champ des désignations. 

De nombreux individus homosexuels se désignent comme exclusivement attirés par des personnes de même sexe, alors que des bisexuels sont attirés par des personnes des deux sexes. Les homosexuels sont parfois représentés avec d’autres minorités sexuelles et de genre, par le sigle LGBT pour « lesbiennes, gays, bisexuels, trans ».  

Les gays 

Un gay est un homme homosexuel, c’est-à-dire qui a une attirance amoureuse ou sexuelle exclusivement pour des hommes, du point de vue du sexe ou du genre. En anglais et bien plus rarement en français, le terme gay peut également être employé pour désigner une personne homosexuelle en général, voire précisément une lesbienne. Le mot « gay » est utilisé en anglais à partir du XIIe siècle, venant du vieux français « gai », très probablement dérivant d’une origine germanique. Pour l’essentiel, le sens premier du mot est « joyeux », « sans souci », et le mot est très couramment utilisé en ce sens dans les discours et la littérature. Par exemple, l’optimisme des années 1890 est encore souvent dénommé, en anglais, « Gay Nineties ». Le titre d’un ballet français, la Gaîté parisienne en 1938 sur des thèmes d’Offenbach, illustre également cette connotation. Dès le XVIIe siècle, le terme gay est employé pour désigner ce qui a trait aux distractions et plaisirs immoraux, avant d’être associé au XIXe siècle à la prostitution. 

LGBTIQ+ de quoi s’agit-il ? 

LGBT est l’acronyme composé des initiales des mots Lesbienne, Gay, Bisexuel et Transgenre. Strictement parlant, il regroupe les personnes ayant les orientations sexuelles et les identités de genre liées à ces quatre mots, ainsi que les communautés formées par eux. L’expression a son origine dans la langue anglaise dans les années 90, mais ces initiales coïncident dans plusieurs langues, dont l’espagnol. Le terme a été le résultat d’une évolution dans laquelle des lettres ont été ajoutées afin d’inclure diverses communautés discriminées en raison de leur identité sexuelle. Au départ, l’expression «homosexuel» ou «gay» a été utilisée, mais certaines organisations de personnes lesbiennes et bisexuelles l’ont remise en question comme étant insuffisante, ce qui a conduit à la création de l’acronyme «LGB». Par la suite, les transsexuels ont fait une critique similaire, donnant lieu à l’acronyme «LGBT» .L’ordre des lettres dans l’acronyme peut varier en fonction de l’usage de chaque communauté ou de chaque pays.

L’homophobie 

C’est de la violence contre les homosexuels et une imposition abusive qui va à l’encontre des principes les plus élémentaires de la justice sociale que de refuser la permission de vivre dans des unions stables avec les mêmes droits que les unions hétérosexuelles. L’homosexualité est une île entourée de toutes parts par l’ignorance. En ce sens, aucun aspect du comportement humain n’est comparable à celui-ci. Il n’existe aucune description d’une civilisation de quelque époque que ce soit qui ne fasse pas référence à l’existence de femmes et d’hommes homosexuels. Malgré cette observation, ce type de comportement est encore qualifié de contre-nature aujourd’hui. 

Points de vue contre nature 

Ceux qui pensent ainsi supposent que la nature ou Dieu a créé les organes sexuels pour que les êtres humains puissent procréer ; par conséquent, toute relation qui n’implique pas le pénis et le vagin va à son encontre ou à l’encontre de lui. Si on part d’un principe aussi fragile, comment peut-on justifier la pratique du sexe anal entre hétérosexuels ? Qu’en est-il du sexe oral ? Et le baiser sur la bouche ? Dieu n’aurait-il pas créé la bouche pour manger et la langue pour articuler les mots ? Si l’homosexualité n’était qu’une perversion humaine, elle ne se retrouverait pas chez les autres animaux. Depuis le début du XXe siècle, cependant, elle a été décrite chez une grande variété d’espèces d’invertébrés et de vertébrés, tels que les reptiles, les oiseaux et les mammifères. Chez pratiquement toutes les espèces d’oiseaux, à un certain stade de la vie, des interactions homosexuelles se produisent, impliquant un contact génital qui, du moins chez les mâles, se termine parfois par un orgasme et une éjaculation.

Homosexualité, ADN et ignorance

Des comportements homosexuels impliquant des femelles et des mâles ont été documentés chez au moins 71 espèces de mammifères, dont des rats, des souris, des hamsters, des cobayes, des lapins, des porcs-épics, des chiens, des chats, des chèvres, des bovins, des porcs, des antilopes, des moutons, des singes et même des lions, les rois de la jungle. Les relations homosexuelles entre primates non humains sont bien documentées dans la littérature scientifique. Déjà en 1914, une étude sur les tendances sexuelles chez les singes et les babouins a été publiée dans le “Journal of Animal Behaviour”. Cette étude a mis en évidence des rapports sexuels avec contact vaginal entre les femelles et pénétration anale entre les mâles de ces espèces. Une autre observation similaire a autant vu le jour en 1917. 

Les pratiques homosexuelles 

La masturbation mutuelle et la pénétration anale font partie du répertoire sexuel de tous les primates non humains déjà étudiés, y compris les bonobos et les chimpanzés, nos plus proches parents. Considérer les pratiques homosexuelles de l’espèce humaine contre la nature, c’est ignorer toutes les connaissances acquises par les éthologues en plus d’un siècle de recherches rigoureuses. Ceux qui se sentent personnellement offensés par la simple existence des homosexuels peuvent imaginer qu’ils ont choisi d’appartenir à cette minorité sur un coup de tête individuel. La sexualité n’admet pas de choix, elle est juste.

Control de comportement 

On peut contrôler le comportement, mais le désir, jamais. Le désir jaillit de l’âme humaine, indomptable comme l’eau qui tombe de la cascade. Plus ancienne que la roue, l’homosexualité est aussi légitime et inévitable que l’hétérosexualité. La réprimer est un acte de violence qui doit être puni de manière exemplaire, comme le font certains pays en matière de racisme. Ceux qui se sentent indignés par la présence d’homosexuels dans le quartier, qui regardent dans leurs propres penchants sexuels pour des raisons qui justifient l’indignation. Contrairement aux personnes troublées et en situation d’insécurité, les femmes et les hommes en paix avec leur sexualité personnelle acceptent généralement les autres avec respect et naturel. Refuser aux personnes de même sexe la permission de vivre dans des unions stables avec les mêmes droits que les unions hétérosexuelles est une imposition abusive qui va à l’encontre des principes les plus élémentaires de la justice sociale. Les bergers d’âmes qui s’opposent au mariage entre homosexuels ont le droit de recommander à leurs troupeaux de ne pas le faire, mais ils ne peuvent pas être fascistes au point d’essayer d’imposer leur volonté à ceux qui ne pensent pas comme eux. Après tout, à moins que vos journées ne soient tourmentées par des fantasmes sexuels inconcevables, quelle différence cela fait-il si votre collègue de bureau est amoureux d’une femme ? Si le voisin couche avec un autre homme ? Si, à son décès, son appartement est transmis en héritage à un neveu ou à la compagne avec laquelle il a vécu pendant trente ans ?

Un Internet pour tous ?
Uber Eats : se faire livrer des plats n’a jamais été aussi facile !