L’être humain n’utilise que 10% des capacités de son cerveau : idée reçue ou réalité ?

Le cerveau constitue le centre de contrôle du corps humain. Le fait  de penser, de rêver, de dormir, de ressentir des émotions , est une sensation que le cerveau diffuse dans le corps humain . Le système cérébral est composé de plusieurs lobes dont chacun a sa fonctionnalité.Le cerveau humain est une sorte d’unité centrale d’un ordinateur , un serveur  qui est connecté au reste du corps par l’intermédiaire de la moelle épinière de façon très spécifique. Chaque partie du cerveau à des tâches particulières à réaliser, ce qui fait de lui un processeur ultime. Travaillant en tandem avec le reste du système nerveux, le cerveau reçoit et envoie des messages.

Pourtant ,on dit souvent que l’être humain n’est capable d’utiliser que 10 % de son potentiel cérébral .Durant des siècles d’évolution humaine , l’Homme n’a réussi à développer qu’une petite partie de sa capacité cérébrale. Est-ce vrai ?

La science n’a de cesse  faire des recherches  pour trouver la réponse sur ce qui se passerait si un individu serait capable d”utiliser toutes les capacités de son  cerveau, et surtout comment  activer le fonctionnement de toutes les régions du cerveau humain  apparemment endormies.

Les origines du mythe des 10% des capacités cérébrales 

Oui, en fait, ce n’est qu’un mythe et, par conséquent, une idée complètement erronée. Ce concept est né à la fin du XIXe siècle à la suite de l’analyse de l’activité cérébrale de certaines personnes. Il s’agissait cependant d’une méthode rudimentaire permettant d’observer la fonctionnalité de quelques structures seulement, qui ne constituaient en fait que les 10 % de notre cerveau.

Ce n’est pas tout : à cette époque, ce nombre était également associé au nombre total de neurones qui composent notre masse cérébrale ; mais ce n’est pas vrai : 10 % sont des neurones, mais les 90 % restants sont des cellules jaunes, directement impliquées dans l’apprentissage et la médiation de leur activité avec les neurones.

Un autre aspect à prendre en compte concerne la figure d’Albert Einstein. Quelqu’un a dit que le célèbre scientifique a utilisé ses capacités cérébrales, comme un génie et comme une figure éminente de la science. Le reste de la population par rapport à son potentiel intellectuel est resté dans un rapport de 9/1. Une idée complètement fausse, car Einstein n’a pas utilisé son potentiel cérébral plus que les autres, la différence portant sur l’efficacité de ces derniers. Cela signifie que les personnes “super-équipées” utilisent les circuits cérébraux de manière plus intensive ou plus efficace, il ne s’agit pas d’activer l’interrupteur d’une seule partie du cerveau ; il active tout, mais avec plus ou moins d’intensité.

Comment être sûr que nous utilisons tous nos hémisphères cérébraux ?

-Pensons à toutes les personnes qui ont été touchées par un traumatisme crânien, une lésion traumatique, une maladie… Si nous n’utilisions que les 10 % de notre cerveau, cela signifierait que les 90% restants seraient complètement vides et inutiles. Le fait de se blesser dans l’une de ces parties inertes ne nuirait donc pas  toutes nos performances.Lorsque nous sommes victimes d’un accident vasculaire cérébral, nous pouvons perdre des capacités dans n’importe quelle zone du cerveau, temporale, occipitale, pariétale, etc. Parfois, un simple accident vasculaire cérébral peut entraîner la perte de notre odorat ou d’une partie de notre mémoire. L’idée de 10 % est totalement invalide.

– Notre cerveau a besoin de 20% de nos énergies pour se maintenir en bonne forme. C’est l’organe qui requiert le plus d’énergie. Si nous n’utilisons que 10% de nos capacités, il ne servirait à rien de donner autant d’énergie à une si “pauvre machine”.

– Les technologies telles que la tomographie ou l’IRM nous permettent de voir notre activité cérébrale. C’est incroyable ! Le cerveau est toujours actif, même lorsque nous dormons, toutes les zones sont en mouvement constant, aucune n’est éteinte ou inactive.

– Lorsque les médecins pratiquent des autopsies et analysent le cerveau, ils peuvent parfaitement voir l’activité de chaque zone. Si nous n’en utilisions que 10 %, il y aurait une nette dégénérescence des autres zones, qui, étant irréversibles, ne constitueraient que de la matière inerte. Cependant, cela ne s’est jamais produit.

Le mythe des 10 % n’est donc que cela, une fausse histoire qui apparaît souvent dans notre société comme un héritage du XIXe siècle, totalement sans fondement. Notre cerveau est une grande machine qui est toujours active, son perfectionnement ne dépend que de nous, de notre curiosité, de notre désir d’apprendre et d’innover. De cette façon, des liens plus intenses sont créés. C’est là que réside le véritable secret.

Vous voulez en savoir plus ? Suivez nous dans nos enquêtes : Essayer de tester votre quotient intellectuel (QI).

Trouvez des films et des séries TV sur Netflix !
Les coutumes particulières du Jour des morts au Mexique