Quelles répercussions aura le Brexit sur le monde de la finance ?

Repercussions  de Brexit sur le monde de la finance

La sortie officielle du Royaume-Uni de l’Union Européenne a eu lieu le 31 janvier 2020. Un départ qui ne sera pas sans impacts sur le monde de la finance. Quelles sont ses répercussions ? Les réponses dans ces quelques lignes.

Comprendre le Brexit

Des relations tendues depuis quelques années ont fait naître un projet de sortie du Royaume-Uni de l’union européenne. Il s’agit d’un processus engageant le divorce entre les deux parties qui porte le nom de Brexit. Il s’agit d’une séparation à tous les niveaux, mais surtout du point de vue financier qui aura sans aucun doute de grandes répercussions sur la puissance européenne. Par ailleurs, vous pouvez en avoir un aperçu dans l’interview accordée à julien vautel sur ce sujet.

Cette décision de se séparer de l’Euro s’est faite par un référendum voté au jour du 23 Juin 2016. Une campagne pour le maintien de la Grande-Bretagne au sein de l’Union Européenne a été entreprise. Cependant, c’est avec une victoire de plus de 50 % que le « leave » ou la sortie a été votée par les électeurs Britanniques.

Une fois ce Brexit voté, les négociations entre toutes les parties prenantes ont été engagées. Il s’agit d’une discussion qui peut avoir plusieurs sens et impactera surtout la finance Européenne et mondiale. Il s’agit en particulier du « Hard Brexit » et du « Soft Brexit ». Le premier constitue une interruption complète des relations économiques du Royaume-Uni avec le marché unique européen. Quant au « Soft Brexit », un tunnel sur le marché unique sera préservé pour quelques secteurs.

Néanmoins, une transition aura lieu après l’application de cette sortie officielle du Royaume-Uni. Il s’agit d’une période durant laquelle les flux de marchandises continueront à transiter librement sur le sol britannique. Un délai supplémentaire qui permettra à toutes les parties concernées de s’adapter à cette sortie.

L’importance du Royaume-Uni dans la finance

Le Royaume-Uni figure parmi les plus grands acteurs de la finance européenne. Quelque temps avant la date officielle de sa sortie, sa contribution s’estimait à hauteur d’environ 11 milliards d’euros. Cette implication financière le place parmi les principaux poumons économiques de l’Europe. Un déficit que ce dernier devra combler pour maintenir le cap du point de vue de la finance mondiale.

Par ailleurs, le Royaume-Uni représente 16 % du PIB européen. Ce chiffre le place à la seconde place des grandes économies après l’Allemagne. Sa grande puissance concerne particulièrement son secteur agricole qui le place numéro 1 du point de vue de l’import et de l’export mondial. Cela représente donc une grande perte économique et financière pour l’Europe, surtout en cas d’un « Hard Brexit ».

D’ailleurs, son importance dans la finance se rapporte également à ses échanges économiques avec plusieurs membres de l’Union Européenne, notamment la France, l’Allemagne et le Pays-Bas. Des interactions jusqu’ici facilitées par la détention du passeport européen par le Royaume-Uni.

En outre, il abrite également quelques-unes des enseignes financières européennes les plus puissantes. Ce sont des institutions financières établies sur le sol britannique depuis de nombreuses années et qui ont appris à s’adapter au rythme financier du Royaume-Uni et de sa grande puissance. Si bien qu’après le Brexit, celles-ci devront potentiellement trouver de nouveaux partenariats.

Les grands changements

De grands changements s’opéreront sur la finance après cette sortie de l’Union européenne selon julien vautel. Cependant, une période de transition jusqu’à la fin de l’année 2020 sera mise en place afin de permettre la réorganisation de toutes les parties concernées par ce départ. De ce fait, aucun dispositif ne sera changé durant ce laps de temps même si le Royaume-Uni ne sera plus considéré comme un membre européen.

L’un des changements majeurs de ce divorce concernera l’indépendance financière du Royaume-Uni. Effectivement, il disposera donc de plus de liberté dans la gestion de ses ressources à tous les points de vue. Un point de vue où les avis des plus grands économistes divergent. En effet, certains pensent que cela mettra le Royaume-Uni en difficulté, tandis que d’autres y voient une grande opportunité.

La réduction de l’investissement des grandes entreprises est également une répercussion à craindre. La raison est simple, les partenaires financiers en dehors et au sein de l’Union Européenne sont très actifs sur le sol britannique.

Enfin, cette sortie entraînera inévitablement la baisse de l’euro contre le dollar. L’explication à cela est que le Royaume-Uni figure parmi les poumons financiers de l’Europe. Un allié de moins provoquera donc logiquement un affaiblissement de la valeur de la monnaie unique Européenne face au dollar américain, mais également face aux autres devises.

Les points positifs

Néanmoins le brexit possédera également quelques points positifs pour l’Europe. Cette libération de place devrait favoriser l’ascension de nouveaux pays. Un chamboulement économique permettra donc aux pays bien placés comme la France de bénéficier d’un statut financier plus solide au sein de l’Europe. Ainsi, on peut donc s’attendre à voir de nouvelles puissances européennes émergées.

Par ailleurs, une nouvelle répartition des filiales européennes implantées au Royaume-Uni dans toute l’Europe permettra à d’autres pays de donner un second souffle à leurs puissances financières.

Quels rôles jouent les think tanks aujourd’hui ?
Actualités sénégalaises en ligne