Trump et la fin du rêve americain

Lorsque Donald Trump est devenu président des États-Unis d’Amérique (en remportant l’élection américaine contre Hillary Clinton), de nombreux commentateurs ont considéré son élection comme dangereuse. D’autres, en revanche, imaginaient qu’après une campagne électorale ridicule, où tous les aspects négatifs de la société américaine étaient stigmatisés par son égoïsme, son racisme, son capitalisme débridé, une politique étrangère fermée autour de ses propres intérêts. Trump aurait dû suivre les conseils de son personnel. C’est-à-dire s’incliner devant la sagesse du Congrès et se limiter à exprimer sa politique dans un contexte précis de garanties institutionnelles et démocratiques.

La campagne de Trump

En fait, la bêtise du président et une certaine incapacité de son personnel ont amené sa présidence au bord de la destitution. Son ancien conseiller à la sécurité, Michael Flynn, a déclaré qu’il avait menti au FBI à propos de ses contacts avec les Russes pendant la campagne électorale. Il semble également disposé à coopérer avec le procureur Robert Mueller, qui mène l’enquête sur l’implication présumée de Trump et de sa famille dans la campagne électorale russe.

S’il était prouvé que Donald Trump a reçu des nouvelles compromettantes des Russes contre Hillary Clinton et qu’il les a utilisées pendant la campagne, il serait accusé de trahison. Cela impliquerait des poursuites contre le président. Même si, dans l’histoire des États-Unis, jamais un président n’a été jugé au cours de son mandat.

Les scandales des présidents américains

C’est le cas de Richard Nixon qui, à cause des accusations du Watergate (il a été accusé d’espionner les démocrates pendant la campagne électorale), était sur le point d’être inculpé. Mais Nixon a démissionné, juste pour éviter une mise en accusation avec un certain résultat. Et aussi avec Bill Clinton, un procès pour parjure a été abordé, sur l’affaire Lewinsky, qui a cependant été bloquée par l’intervention de la Chambre.

Mais même dans ce cas, celui de Trump, s’il n’est pas approuvé, il existe un risque réel que le gouvernement ne termine pas son premier mandat.

Le livre : L’atout et la fin du rêve américain

Dans son livre, Trump et la fin du rêve Américain, il retrace les mois de la dernière campagne électorale américaine et les décisions prises par Trump durant la première année de son mandat. Deux aspects se dégagent. En fait, il semble que Trump veuille se présenter comme l’anti-Obama. Toute décision qu’il prend va à l’encontre de ce que son prédécesseur avait décidé ou préconisé. De la réforme des soins de santé au respect de l’autodétermination des choix sexuels, en passant par le climat et la politique internationale.

Obama a commis plusieurs erreurs au cours des huit années de sa présidence, notamment en matière de politique étrangère. Sa décision d’intervenir de manière fade en Syrie et de laisser ensuite le champ libre à la Russie a généré plusieurs problèmes, dont un vide dans une zone sensible. Tout comme lorsqu’il a soutenu les Frères musulmans de manière trop affectueuse pour se rendre compte que l’Égypte et la Libye sont devenues une dangereuse poudrière.

Mais Donald Trump semble avoir choisi une voie encore plus audacieuse. Il ne se déplace que là où les intérêts des États-Unis sont menacés, suivant en cela l’idée exprimée lors de la campagne électorale. Et c’est “l’Amérique d’abord”. De même, pour les droits des minorités, Trump a bloqué les procédures d’acceptation des personnes transgenres dans les bureaux et administrations publiques. Ce qu’Obama avait fortement préconisé.

Qui croit encore à la politique du président ?

Bien que certaines décisions aient également été contestées par une partie de son électorat, Trump a toujours de nombreux partisans. Et il l’a précisément parce qu’il communique avec une partie de l’Amérique qui a souffert avec une plus grande intensité négative de l’impact de la mondialisation. Et cela a subi des traumatismes, des changements comme les droits des couples homosexuels. L’attitude de Trump, qui oscille entre des proclamations absurdes, des décisions dangereuses et de lourdes attaques contre les opposants, semble lui permettre de maintenir, pendant beaucoup plus longtemps, un programme gouvernemental qui s’est totalement déplacé vers la prohibition, l’isolationnisme et le conservatisme.

Qu’est-ce que l’inflation et comment s’en protéger ?
Comment fonctionnent les élections présidentielles américaines ?